حوار

حول مراجعة منهاج التربية الإسلامية

مع الأستاذ عبد السلام محمد الأحمر

image

 الأستاذ عبد السلام محمد الأحمر

وجه الصحافي الفرنسي ريمي بيكاكليو Rémy Pigaglio عن الجريدة اليومية الفرنسية الرقمية لاكروى LACROIX، أسئلة حوارية بتاريخ 22 أكتوبر2016 إلى الأستاذ عبد السلام محمد الأحمر عضو المكتب الوطني للجمعية المغربية لأساتذة التربية الإسلامية ومدير مجلة تربيتنا، حول المراجعة الأخيرة لمنهاج التربية الإسلامية فكانت إجاباته عنها باللغة الفرنسية كما يلي:


– Avez-vous été associé à la réforme de l’éducation islamique? De quelle manière?

L’association marocaine des professeurs de l’éducation islamique (AMPEI) depuis sa création en 1992, avait pour but principal de contribuer à promouvoir le partenariat avec le ministère de l’éducation nationale, et s’associer à tous ses projets de réforme.

Mais le ministère qui s’expose éventuellement à des contraintes spéciales, et qui se trouve souvent soumis à des pressions particulières, préfère en général confier cette tâche à un comité restreint, dans ce contexte notre influence sur son travail fourni peut prendre d’autres aspects de manière indirecte à travers des communiqués, et recommandations émanant de nos organes suprêmes, d’autant plus que les prises de positions exprimées se consolident naturellement par l’opinion publique qui soutient massivement l’éducation islamique.
– Etes-vous d’accord avec cette réforme ? Pourquoi ?

Nous sommes toujours partisans de la révision périodique des programmes de l’éducation islamique, et noushiwaar sommes disposés à y participer dans toutes ses étapes, à condition que les constantes de l’identité religieuse du Maroc soient respectées.

La réforme actuelle est dorénavant en cours d’expérience durant un an. Nous avons auparavant exprimé nos réserves à l’égard des démarches entreprises. Mais lors de la prochaine assemblée du bureau national nous allons étudier cette réforme et en conclure les principaux points de notre évaluation préliminaire.

– Avez-vous consulté les nouveaux manuels ? Qu’en pensez-vous ?

Il est tôt pour vous en donner une idée complète, car cela ne peut être que le bilan d’un travail d’équipe, ce qui n’a pas encore été réalisé pour le moment.

Mais ça n’empêche pas, quand même de vous dire mes remarques générales à titre personnel, et que je limiterai aux points suivants:

Le fait de ne pas soumettre le nouveau curricula à l’étude critique, pour permettre une large discussion de ses composantes, et garantir une meilleure assimilation, a ouvert le champ aux interprétations hâtives des auteurs de ces manuels.

L’insuffisance du temps octroyé à l’élaboration des ouvrages scolaires, a apparemment pesé lourd sur le niveau de leur qualité, ce qui laisse beaucoup à désirer.

Mais en revanche, on peut désormais prétendre que les manuels apparus récemment, n’ont pas suscité pour le moment des ripostes très controversées.

– Pensez-vous qu’il faut aussi réformer la formation des enseignants?
Certainement! D’ailleurs notre grande mission dans AMPEI est de contribuer efficacement à la formation des cadres de cette discipline, en partenariat avec le ministère et la société civile.

Nous estimons que le rôle assumé par les éducateurs, est d’une grande importance dans le succès de tout système éducatif. D’où la priorité et l’ampleur que doit prendre la réforme de la formation des enseignants dans toute réforme prometteuse.


– Vous avez indiqué que vous êtes contre le changement d’intitulé de la matière, qui transformerait l’éducation islamique en éducation religieuse. Pourquoi ?

Oui, nous l’avons indiqué dans le dernier communiqué, les raisons de notre attitude sont en résumé:

Le changement a été surprenant, de plus qu’il n’a été ni proposé ni concevable par les acteurs éducatifs.

L’absence de motifs persuasifs pour les enseignants, les parents des élèves, et surtout la société marocaine majoritairement musulmane.

En ce qui concerne les citoyens d’autres convictions, ils assurent séparément la scolarisation de leurs enfants, et préservent ainsi leurs entités religieuses.

En fin je dois préciser que l’éducation islamique en étant basée sur le dernier message divin, mettait en usage tant de moyens pour normaliser l’unité de toutes les religions révélées, et favoriser leur rapprochement à travers les lieux et les temps, et cela est une raison de plus pour conserver à jamais son intitulé.

 

Show Buttons
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Contact us
Hide Buttons